L'atelier de Coutellerie Tokem et le peuple Antandroy


Une histoire humaine…

En 2003, Christophe Colléter fait la connaissance de Mbola Magnagnozatse, dit Mahasoa Amboro. Christophe est alors âgé de 35 ans et a toujours été passionné de coutellerie. Mbola n’a que 19 ans, mais il maîtrise la technique de l’écrouissage (l’action de travailler un métal ou un alliage à une température inférieure à sa température de recuit et au-delà de sa limite d’élasticité, afin d’augmenter sa résistance à la déformation). Ensemble, ils vont affiner un modèle de couteau unique au monde, et d’une grande résistance.
En effet, la Coutellerie Tokem  garantie ses produits à vie…à ceux qui savent respecter la matière utilisée pour le montage des manches….Mbola est décédé prématurément le 15 Octobre 2004 mais il survie à travers son art…

L'atelier de Tokem
tokem Christophe, a continué de tisser des liens avec sa famille et ses amis ; le travail n’a jamais cessé. Pourtant, ce n’est qu’en 2007 qu’un véritable atelier voit le jour et que Christophe décide de s’y consacrer pleinement. La coutellerie emploi 9 personnes à ce jour et souhaite rester à taille humaine,  pour un travail de qualité. La série « Mbola » est le fer de lance de la coutellerie, mais les modèles se multiplient et sont toujours liés à une histoire…

tokem Dans un environnement difficile, la Coutellerie Tokem, se développe dans le respect de chacun et de l’environnement. Chez Tokem, on travaille en famille dans le respect des individualités… Toutes nos  pièces sont disponibles à l’unité, en boîte de  papier anteimoro (traditionnel) ou en coffret palissandre. Ces derniers peuvent être marquetés et personnalisés sur demande. Le bois des manches est issu de la récupération en scierie, tandis que l’acier inox utilisé est récupéré sous toutes ses formes.

Couverts dont les manches sont faits en bois de palissandre
tokem Les manches sont travaillés le plus souvent en bois de rose, ébène ou palissandre. (Ces bois sont des bois nobles, en danger sur la grande île, …).Nous travaillons également la corne et l’aluminium et à l’occasion le palmier rose ou noir, le mantalia, le café, le katrafay, et d’autres essences « magiques ». Nos réalisations « multi-essences » nécessitent beaucoup de temps… jugez de leur rendu… !


L’atelier est visitable…

L’avenir s’imagine par la forge… avec  pour but final la composition de notre acier. La plantation et la préservation des essences en danger reste une priorité...Le travail et l’amélioration de ce dernier sont sans fin...